TRAIN 31

Le Train De l'Avenir

 

 

 

 

header image 2  

9 Boulevard Gambetta 31800 Saint Gaudens

Tel/fax : 05.61.89.15.71

Port : 06.83.66.33.30

Contact Email cliquer sur le lien ci-dessous :

lieudevie.letraindelavenir@orange.fr


 

Actuellement

Nous sommes ORGANISATEUR D'ACCUEIL de MINEURS

Enregistré à la DDCS Service Jeunesse et Education Populaire de la Préfecture de Toulouse en 2012 :

Accueil Collectif à Caractère Educatif de Mineurs (ACCEM)

Capacité d'Accueil (6 Mineurs maxi)

N° d'organisateur : 031ORG0638

 

Dépôt d'un projet de création d'un lieu de vie en 2009 au C.G. de la Haute Garonne

(en attente du lancement d'appel à projet pour LVA)

Projet du Lieu de Vie

Des conventions sont mises en place avec des Maisons d'Enfants à Caractère Social (MECS). depuis 2010.


LIEU DE VIE

"Le Train de l'Avenir" fait allusion au changement : passer d'une vie à une autre, passer d'un âge à un autre, grandir et passer à l'âge de raison, à l'âge adulte.

Notre Lieu de Vie à Saint Gaudens Haute Garonne Midi Pyrénées propose d'accueillir 6 adolescents de 7 à 18 ans en chambres individuelles (séjour de rupture/moyen/long terme), (Le LVA sera mixte) .

Projet Pédagogique

Le projet de notre Lieu de Vie est d'aider des jeunes " en difficulté ", voire en " grande difficulté "  à se réinsérer socialement : cette aide va de la " remise en forme " psychique et physique, jusqu'à  la scolarisation , la re-scolarisation ou la préparation d' un métier.

OBJECTIF

Les objectifs de la prise en charge sur le lieu de vie sont d’apporter à des jeunes déstructurés des repères solides et durables afin qu’ils se construisent ou se reconstruisent harmonieusement et de faciliter leur réinsertion scolaire et socio professionnelle autant que possible. Redonner des bases de respect, susciter l’envie de vivre, de croire au monde des adultes, favoriser une compréhension et une conciliation avec le monde des adultes (respect des règles, de la loi, d’autrui, et ce dans une logique de responsabilisation notamment).
Construire son projet, faire ressortir son individualité, tout en respectant des cadres, la hiérarchie sociale.
Elaborer des stratégies d’insertion des Jeunes en coopération avec l’ensemble des partenaires s’inscrivant dans le réseau de l’insertion et de l’orientation des Jeunes. Garantir un accueil personnalisé par un mode de fonctionnement souple et dynamique.

La vie quotidienne sera le support essentiel de la prise en charge. La vie en collectivité au sein d’un groupe nécessitant le partage et le respect des règles de vie (apprentissage et partage des tâches ménagères et domestiques, etc.)

 Les activités se dérouleront pour certaines sur le lieu de vie, lieu commun et de rencontre, pour d’autres, en profitant des infra structures existantes sur le secteur géographique (équitation, sport, natation, foot, rugby, tennis, ski l’hiver, randonnées, journée à la mer…).

Geographie de Saint Gaudens

La ville de saint gaudens se trouve dans le comminges, dans le piémont pyrénéen, à environ 90 km au sud-sud-ouest de Toulouse et à près de 70 km de Tarbes. Elle est installée sur la rive gauche de la Garonne, qui coule au sud d'ouest en est. Saint-Gaudens constitue une ville-étape sur la liaison historique Toulouse-Tarbes par la route nationale 117, maintenant doublée au nord de la ville par l'autoroute A64. Elle est aussi un carrefour avec la route nationale 125 assurant la liaison Toulouse-Espagne. Sur la ligne Toulouse - Bayonne dont la Gare de Saint-Gaudens la dessert également, entre le centre ville et la Garonne.

Idéologie et histoire des lieux de vie

Idéologiquement


L’origine des lieux de vie se situe très probablement, dans ce qui a été la source du travail social. Le volontariat, les communautés ouvrières du XIX e siècle de type proudhonien ou fouriériste , qui défendent les valeurs communautaires, égalitaires et de solidarités.

Ce sont les bouleversements de mai 1968, tant sociaux qu’idéologiques qui vont réellement jeter les bases de ces nouvelles formes d’accueil. Non exempts d’une certaine idéologie libertaire, ces lieux de vie sont porteurs des combats de l’époque, remise en cause de la famille, des institutions, critiques de l’enfermement . Dans cette mouvance, le mouvement antipsychiatrique vient appuyer l’émergence d’expériences nouvelles. La naissance de ces nouvelles méthodes d’approche de la délinquance ou des handicaps, s’appuie très largement sur la critique de la société industrielle. La réflexion écologique va déterminer le plus souvent l’implantation de ces lieux de vie (Larzac, Cévennes, Pyrénées) . Vivre au plus près de la nature, “Oser mettre en marche l’Utopie” .

 

Concrètement


1967, Deligny va “vivre avec” des enfants “hors langage”, il est question d’engagement, de risque de la part de l’adulte. A ceux qui le rejoignent, Deligny parle de leur “foutre la paix”. Couper du bois, élever des chèvres, vivre les tâches du quotidien, ensemble.

1969, Maud Mannoni fonde l’école expérimentale de Bonneuil ; c’est ici que naîtra le terme de “lieu de vie” en opposition au terme de “lieu de soin”, “lieu d’enfermement”. Elle met en place les “séjours de rupture”.

1975, Claude Sigala crée le Coral, vivre ensemble, jeunes autistes et jeunes en difficultés, découvrir les handicaps de l’autre.

1976, J.-C. Gobin crée le Versoix maison d’enfants à caractère social. Elle est reconnue comme lieu expérimental. Il s’agit pour 3 à 4 adultes de partager le quotidien avec des adolescents et de gérer ensemble un gîte d’étape.

1983, Georgina Dufoix rédige une circulaire interne, adressée aux services du ministère de l’action sociale qui donne un début de reconnaissance aux lieux de vie. Ils sont désormais désignés sous le terme de “Structure d’accueil non traditionnelle».

Cette circulaire reste le seul moyen de repérage administratif des lieux de vie qui n’ont aucune existence légale jusqu'à leur reconnaissance par la loi de 2002. Jusqu'à la promulgation de cette loi, les lieux de vie n'étaient reconnus qu’au travers des seules personnes physiques (Assistants maternels, tiers dignes de confiance) ou comme établissements. 

Proposer une alternative aux grosses structures alors seules réponses apportées aux jeunes en difficulté par la société fortement industrialisée. C’est bien là la volonté de tous ceux qui d’une manière ou d’une autre vont inventer ces lieux de vie.
Volontariat, communauté, égalité, solidarité, liberté, antipsychiatrie, écologie, revivre, renaître, voici quelques mots clefs pour repérer l’idéologie défendue par les lieux de vie. 

 

 

 


 


Les Permanents

Chantal et Christian

Chantal et Christian LOMBERA

Belle

Belle la Mascotte

Du Lieu De Vie

HOTEL


Lieu de Vie et d'Accueil